mercredi 31 août 2011

Catalunya : les Canyons du Canigou

Cette année ,encore , comme depuis 1976, j'ai continué avec mes potes à explorer les Pyrénées au fond de ses gorges.
Je suis encore de cette génération de canyoniste (celle des années 75) qui ne pratiquait ce sport, que lors de l'étiage ,de fin aout à fin octobre , ne voulant pas se créer trop de problèmes avec les débits ou mouvements d'eau.
Quelques malheureuses expériences d'orages mal vécus et autres accidents spectaculaires ont eu raison de ma témérité.

Hors, fonte des neiges ou crues exceptionnelles,les canyonistes actuels vont au baston toute l'année,y compris avec de la glace.
Ceci me laisse pantois.
Le matériel a certes évolué et les points d'amarrage sont maintenant conçus hors crue .
Les perforatrices électriques ou thermiques peuvent aujourd'hui forer toutes les roches , les câbles acier  se déroulent au kilomètre, les spits se plantent par douzaine.

Les fédérations délégataires de l'activité (FFME,FFS,EFC,FFCK et FFCAM) et les professionnels (guides,PGHM,pompiers,...)  ont surtout pris conscience que de bons équipements , c'est autant d'accidents évités.
Bref ,cette année 2011 ,ce sont les massifs du Canigou et des Albères, qui nous ont attiré ,car depuis 1985, date des premières explos dans le coin ,je ne fus guère attiré par ces canyons dans les granites et les gneiss , trop ouverts à mon gout , pas assez "spéléo".
De même, le Llech ,avec sa réputation de toboggans à touristes et les interminables procédures judiciaires qu'il a engendré et connu dans le milieu, ne m'a jamais vraiment séduit.

Je ne fus pas déçu ,je l'avoue.
L'âge ,aidant ,on s’accommode de tout, de ce que l'on pouvait avoir, un temps ,renié .


Le programme de la semaine :
Petite journée dans le Vallespir près de Céret ,pour Anelles et Baoussous.
Belles journées au Canigou pour Cady, Llech et Llitera-Taurinya au dessus de Vernet les Bains.
enfin ,en une grosse heure, avant de repartir pour Euskal Herria, on s'est s’extasié des gorges de Galamus dans les Fenouilledes ,entre deux visites de chais, à Maury et Caramany, en plein terroir du Cotes de Roussillon Villages.

Le Canigou est un monstre.
Une Voragine.
Un Himalaya pyrénéen.
Une mangeuse d'hommes.
Ses mines y sont pour beaucoup dans sa légende.
Ce massif est ,de loin, le plus imposant ,en surface, de toutes les Pyrénées.

Un ami cartographe  s'étonna un jour d'avoir utilisé 28 orthophotos de l'IGN pour dessiner ses pourtours représentant 200 km2 de surface.

A titre comparatif le massif d'"Ordesa Gavarnie Monte Perdido" mesure 130 km2 et "Aneto-Maladeta" arrive juste à 90 km2.

Sa face nord n'a rien à envier aux forêts profondes de l'Ariège ou de la Soule.
Pins noirs et hêtres peuplent l'étage subalpin.
Les frondaisons sont épaisses.
On s'y attend à la rencontre d'un animal extraordinaire à chaque virage ou changement de pente.
les passages relatifs à l'ours sont nombreux.
le coq de bruyère y est familier.
Les reliefs et paysages de surface ressemblent parfois aux paysages de Taoling.
Les peintres chinois s'y régaleraient.
Les arbres nichés et enserrés sur les falaises de granite des vallons de la Llitera et du Cady ont le gout unique de l'exotisme méditerranéen .

les gorges du Cady
les gorges du Llech torrent de la Llitera ou Litera ou canyon de Taurinya les chemins d'accès et de retour 
Cady aller
 

Cady retour
 

Llech aller et retour
 

Llitera-Litera-Taurinya aller
 

Llitera-Litera-Taurinya retour
Enregistrer un commentaire