lundi 7 juin 2010

Anboto-Alluitz : morada de Mari : rencontre avec une sacrée Dama


Anboto_Alluitz

Tout blog traitant plus ou moins de la montagne basque se doit d'intégrer
Cette course que je classerai dans les cinq plus belles d'Euskal Herria.

La charge mythique que représente l'Anboto dans l'inconscient collectif basque
est celle de la représentation terrestre de la créatrice du monde, la déesse Mari, la princesse Ge des euskaldun, leur Ama Lur, celle qui créa le monde.

Reprenant en cela une constante de l'imaginaire des peuples antiques, Euskal Herria a vu ici sur l'Anboto la demeure de sa déesse mère.
Anboto est ainsi devenu une montagne sacrée.
Certains ont même imaginée la déesse couchée dans la forme de la montagne.


Par ici aussi vit le panthéon de toutes les créatures de la mythologie basque : géants velus, lamina aux pieds palmés, gnomes et elfes maléfiques, fées, animaux aux pouvoirs extraordinaires
Au travers des ruisseaux, forêts et montagnes du Durangaldea.
Pour mémoire nous ne citerons que Haurrescoritse, Aberri, Ilun, Anderixo, Adur.....


Mais Mari a traversé les siècles, à l'instar des autres peuples européens qui ont délaissés leurs dieux primitifs, symbolisant la donneuse d'aliments, la protectrice des êtres humains.
 Elle vit ici dans une grotte, celle de la Dama, en pleine face Est dans la paroi défendue par une vire inaccessible au commun des marcheurs.
Elle a pu y garder quelques jeunes désobéissants pendant sept ans condamnés à filer ses vêtements, mais elle a surtout parcouru les milliers de kilomètres de conduits souterrains pour aller émoustiller Sugaar, le serpent de Batzola, le seigneur des enfers, son compagnon.
Ainsi Mari appelée aussi Amara, Amari ou Maide réapparait dans de nombreuses grottes d'Euskal Herria 
que ce soit à Aralar
à l'endroit où se trouve l'actuel sanctuaire de San Miguel, là où Mari venait
Retrouver son dragon-couleuvre Maju (Sugaar ) qui représente la connaissance des choses cachées, le symbole de la force et de la régénération, vision antinomique de la vision chrétienne qui voit dans les entrailles de la terre le mal .
Mari apparait aussi au Txindoki à Marizulo , où là en Behigorri, sorte de taureau de fuego , elle danse dans les airs..
Sur un autre grand pic Aketegi dans le massif d'Aitzkorri existe  une grotte où perdure la légende d'Aketegiko dama ,
à Murumendi près de Beasain dans le Goierri existent diverses légendes où un etre extraordinaire apparait en Marimuruko, relationné aussi avec le menhir de Saltarri.
Autres points où elle revient par la terre : 
les grottes de Supelegor et Mairulegorreta dans le Gorbea,
Axorrotz à Eskoriatza,Agamunda à Ataun,
Akelarre à Zuggaramurdi,
Harpekosaindua à Bidarrai, 
Lezea à Sare,Azalegi à Alzai (Xiberoa)
Au col d'Otxibarre à Camou Cihigue (Aphalberrokokarbia), à Aloña à Onate ,à Obantzun à Berasategi,à Odabe à Altsasu........
Orimendi n'est pas en reste avec sa part de légende relationnée à Mari.
On notera qu'au col d'Urkiola existe un sanctuaire où chaque année se déroule deux pèlerinages dédiés à saint Antoine l'abbé et à celui de Padoue : l'un est protecteur des paysans et de leurs animaux , l'autre celui des nécessiteux.(17 janvier et 13 juin)
Quand nous dira-t-on que l'histoire des religions est un éternel recommencement.....
Parlons donc de la traversée des crêtes d'Anboto.
Après une observation matinale depuis Urkiolagirre, nous optâmes pour la traversée complète Zabalhandi-Alluitz.
Passant le col d’Asuntze, puis croisant la fontaine ferrugineuse de Polpol et le lavoir à minéraux de Pagozelai,nous filons vers Zabalandi point le plus à l'Est du massif,lieu de passage entre Aramaio et Otxandio ,entre Atlantique et Méditerranée.
Une source nous permit de remplir les outres pour la journée.
La montée d’Anboto est raide, frôlant les vides de la face Est.
Au pic, la limpidité de l'air est telle que nous pouvons observer les pics d'Ori, la Table des trois Rois et Ansabère sur Linza en Aragon.
Au sud San Lorenzo et la sierra de la Demanda paraissent toutes proches.
A l'ouest on aperçoit les marches de  Bizkaia :Ranero,Ordunte,Garobel,Salbada et plus loin les montagnes de Burgos.
les montagnes toutes proches, enveloppées d'un voile de crêpe nuageux et soyeux, paraissent naitre de la terre.
Untzillaitz,Izpiste,Oriol (orixol),Aiztkorri,Larrunarri Irumagarrieta ,Larrun....
Féérique vision trop rare à partager....
La traversée peut commencer
Nous passerons dans l’ordre :
Anboto,Saize,Kurutzeta,Larranopuntea,Gaintza,Zorrotza,Larrano Urkulu Puntea,Alluitz.
Deux passages mythiques agrémenteront le parcours : Larrango Urkulu et Kokozkulu (ou Infernokozubi ou paso del Diablo)
Les conseils d'usage pour ces 4 km de traversée tantôt aérienne, tantôt tranquille.
Avoir un pied sur, être accoutumé au vide, avoir un bon guide dans le groupe, suivre les quelques peintures ou le sentier le plus marqué,
Éviter les jours de grand vent, de pluie, de neige ,de verglas.
Je ne pourrai décrire la voie la plus facile
Notre guide ayant préféré nous faire passer par les endroits les plus escarpés qui sont, pour lui, les plus surs, car le rocher y est tout au long de la course, franc, compact et sain.
Il y a des déviations faciles à toutes les difficultés sauf pour le paso del Diablo.
Où il vaut mieux passer sur le coté si l'on a de grandes jambes ou à cheval  dans le cas contraire.
Le vide se fait sentir mais les prises sont nombreuses et fermes.
La remontée par le petit canal à Alluitz ne dépasse pas le niveau de difficulté I+.
Moins exposé par exemple que le pas d'Irumugarrieta (Hayas).
Arrivé à Alluitz, la course n'est pas finie ; reste à descendre au col d'Artola (éboulis croulants) et dans la vallée de Mendiola.
La montée vers Asuntzekolepoa par grosse chaleur (30°c) fut dure.
Heureusement la source d'Amilla et celle de Polpol nous réhydratèrent.
Retour à Urkiola dans la fraicheur des sapineraies,
où nous sommes attirés à l'instar des gloglos de passage par ce météorite objet de toutes les attentions.
Les gens qui veulent se rencontrer y pratiquent les circonvolutions.
Pour se marier, se fiancer, se liguer,...
Un petit tour au sanctuaire d'Urkiola. Style néo médiéval inachevé.
C'est ici que le 13 juin 1854, jour de romeria de st Antoine, fête ancestrale des bizkainos, fut entonné pour la première fois, le fameux Gernikako Arbola.
Selon les dires de l'époque ,à l'entonne de la voix d’Iparragirre,"adoratzen zaitugu arbola santua», les pèlerins découvrirent leur tête et s'agenouillèrent.
Depuis cette chanson est devenu l'hymne national du Pays Basque, d'Euzkadi.
Et les bertsus autour d'Iparragirre n'ont jamais cessé.
Neguko,haize edur eta euri
Udaberriko,lore
Udako,eguzki
Udazkeneko,pago orbel zimelduak
Bitez zure gogoaren oroigarri.
La célébration du cycle de la nature...
Tiens tiens, ça ne vous rappelle pas quelqu'un , qui dort là haut, dans la montagne, dans une grotte...
PS 1 : morada :demeure ;romeria:pélerinage,rogation
PS 2 : compter 7h pour ce périple sans les arrêts.en prenant les pas d'escalade.6h par les raccourcis.
PS 3 :
Gernikako arbola / L'Arbre de GerniKa
- Gernikako arbola da bedeinkatua, / Arbre béni de Gernika,
- Euskaldunen artean guztiz maitatua: / Aimé de tous les Basques:
- Eman ta zabal zazu munduan frutua. / Donne et distribue ton fruit dans le monde entier.
- Adoratzen zaitugu arbola santua. / Nous t’adorons, ô arbre saint!.
- Mila urte inguru da esaten dutera / On dit qu’il y a environ mille ans
- Jainkoak jarri zuera Gernikan arbola; / Que Dieu planta l’arbre de GerniKa;
- Zaude bada zutikan orain da denbora, / Reste debout aujourd’hui et pour toujours,
- Eroritzen bazera arras galdu gera / Car si tu tombes nous serons perdus.
- Ez zera eroriko arbola maitea, / Mais tu ne tomberas pas, ô arbre bien-aimé,
- Baldin portatzen bada bizkaiko juntea / Tant que le peuple de Bizkaia se portera dignement,
- Laurok hartuko degu zurekin partea, / Et tant que les quatre provinces feront partie,
- Pakean bizi dedin euskaldun jendea. / Et feront vivre le peuple Basque dans la paix.
- Betiko bizi dedin Jaunari eskatzeko / Demandons au Seigneur qu’il vive pour toujours
- Jarri gaitezen danok laister belauniko; / Demandons-le tous à genoux;
- Eta bihotzetikan eskatu ezkero, / Et demandons-le du fond du cœur,
- Arbola biziko da orain eta gero. / L’arbre vivra aujourd’hui et pour toujours.





vue depuis Urkiola au petit matin
Urkiolagirre
Gorbea et Lekanda
le karst d'Aramotz ,Leungane,Mugarra , Mañaria,Untzillatx
vision sublimée de la crete d'Anboto
 amiguetes
Asuntzeko lepoa
col de Zabalandi : Zabalandi ouverte à l'Est : Udalatx et Ernio-Zelatun
 on ne s'en lasse pas : Zabalandi
montée depuis Zabalandi
 Zabalandi : fontaine d'Anboto
crete d'Anboto : bentaneta
Bentaneta ;vue sur la face Est
Izpiste depuis Bentaneta
Icare si près du soleil
Vers Aitzkorri
depuis les précipices de la face Est,Udalatx et Besaide (col)
Udalatx drapé
tirant des bords jusqu'au sommet
Contra luz al cumbre de Anboto :contre jour au sommet
vision de la crete Anboto Alluitz
Anboto 2010 :une sacrée équipe
les fleurs d'Anboto
première partie ; Anboto-Larrano
petit passage athlétique (peut s'éviter)
Kurutzeta
Larrango lepoa (fin de la première partie)
deuxième partie Larrango lepoa-Alluitz
passage de Larrango Urkulu depuis la pointe
 larrango Urkulu puntea




avant infernukozubia (paso del diablo-Kokozkulu)
Paso del Diablo
les passages de Larrango Urkulu et Kokozkulu
rouge difficile en III, III+ ,en bleu maxi en I+ et II.
Alluitz
Alluitz :sacrée équipe
la fleur de l'Alluitz :lys des Pyrénées :lirio de los Pirineos
le hêtre d'Alluitz
la crete vue d'en dessous
Urkiola :la "météorite"
Urkiola ;le sanctuaire
voir l'itineraire 01
voir l'itinéraire 02
Enregistrer un commentaire