dimanche 9 novembre 2014

NAVARRA :Kintoan Barna :Eugui - Banka

Dans le cadre du programme Yelmo (le heaume) ,programme de développement touristique culturel intervalléen, cofinancé par  par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER)
les acteurs du projet ont  créé un sentier entre les deux villages du Quinto Réal ,Eugui et Banka.
 Ce projet fait partie du Programme de Coopération Transfrontalière Espagne - France - Andorre 2007-2013 (POCTEFA).

Le pays Quint     (ou Quinto ou Kinto ) était le pays  où , au Moyen Age , on payait l’impôt quinta ou eyurdea au roi de Navarre ,dans une zone correspondant à la superficie des vallées des Aldudes , Erro et le sud de Baztan.
La quinta était aussi payée sur Ossés ,Iholdy ,Mixe , elle s'étendait jusqu'à Hasparren et Bidache en Iparralde.

La zone soumise à la quinta s'étendait donc aux portes de Bayonne .

Aujourd'hui il ne reste qu'un reliquat de ce pays qu'on a appelé Quinto ,correspondant à la forêt du Quinto Réal, autour du col d'Urkiaga, et à la zone de la concession perpétuelle de pâturages de 2500 hectares comprise entre le flanc nord d'Ahadimendi et la ligne çaro-d'Ornano, qui a été souvent expliquée dans ce blog.(1784).
Cette ligne traverse artificiellement la vallée des Aldudes .
Elle a été inscrite sur un plan pour marquer la limite de la concession.
Elle fait partie des dizaines de limites intercommunales ou inter frontalières tracées en Pays Basque "à la hache" car il n'y avait pas d'autres solutions miracles pour exaucer "les prétentions des parties adverses".


Pour rappel, on signalera que cette concession coute 120000€ annuellement aux contribuables français pour l'exercice du droit de pâture .les arbres et les maisons ne doivent pas être touchées par rapport à l’état de 1856 ,traité d'Elizondo et additionnel.

Jusque vers les années 1750 ,le porc fut l'animal qui fréquenta le plus la montagne basque ,surtout au Moyen Age ,où sa viande était  la première source de protéine animale chez les humains.

L'élevage du mouton ensuite, ne prit de l'ampleur qu'avec les défrichements et l'installation d'enclos sur les terres communales . La période 1689-1800 en fut l'apogée .

L' envolée de cet élevage à des fins de production laitière résultera ensuite  de l'installation de soixante fromageries et laiteries, dans les années 1910, sous l'impulsion surtout de la coopérative de Roquefort.

La quinta était payée par les porcs étrangers à la région, que les seigneurs et paysans  prenaient  en pension .
C'est sur les ventes et achats de porcs "étrangers" que le Pays basque a pu prospérer pendant le Moyen Age et après .La quinta était payé au châtelain d'Espelette .

Les porcs des maitres de maisons du Pays Quinto (au sens large)  étaient  exemptés du paiement de la taxe ,car sujets navarrais.

Les cochons "en pension" arrivaient des abords du Pays Quint ,très arborés en ce temps là ,couverts de chênes tauzins , de hêtres et de châtaigniers  ,dont on exploitait la glandaie ,la fenaie et les châtaignes.

Pour les châtaigniers, ce ne sont pas les châtaigniers d'aujourd'hui mais d'autres variétés qui ont été décimées en 1900 par une maladie ,le chancre.

.Les principales régions de provenance des porcs étaient le Bordelais ,la Gascogne, les Landes ,Cinco Vilas, Malerreka (terres de Lerin) ,Sanguesa,Tafalla ,Gipuzkoa,Béarn .
Il y eut aussi des porcs venants  de Saragosse.

On ne s'étonnera pas, désormais, que des grands centres de cochonnaille et charcuterie existent autour de ce Pays Quinto , en particuliers, Bayonne et Pampelune,voire Navarrenx ,théâtres d’importantes foires annuelles.
L’approvisionnement en sel était assuré par les salines de Bayonne ,de Salies ou des environs de Pampelune.
Il existe aussi nombre de sources salées en Pays Basque, mais sans commune mesure de production avec la production des précédentes (exemple : Ezterenzubi..)

La quinta était prélevée par une armée de gardes royaux entre juillet et novembre de chaque année, qui sillonnait le pays.
Malheur à qui fraudait :la sanction était immédiate et le troupeau  confisqué et embarqué,vendu au profit du Royaume.

Le livre de Théodore Lefebvre (Les Modes de vie dans les Pyrénées atlantiques orientales, Paris, Armand Colin, 1933, 777-XXXIV p. (thèse d'État)) donne l' étendue du circuit des porcs entre la Navarre (Basse et Haute) et les contrées avoisinantes.

Il s'agissait de plusieurs centaines de bêtes par troupeaux.
A Ossès,par exemple , on captura ,au moyen Age , 950 cochons en infraction.

Quand on sait combien il est difficile de manœuvrer des porcs ,on imagine aussi  le personnel nécessaire à la besogne.

Nombre de sels ,bustalizas ou autres sarois datent de cette époque ,quand le soir, on parquait tout ce petit monde.
Le porc est solitaire le jour mais  devient grégaire et inactif en fin de journée.
(témoignage de bergers)

Le Quinto ,pays ,se mit à rétrécir aux XVII et XVIII avec le développement des politiques agrières ou terrières et la colonisation des vallées par des implantations permanentes d'habitants à qui l'ont autorisaient des défrichements plus ou moins légaux.
Tout cela fut favorisé par quelques édits royaux sur les défrichements et le développement de la  politique de l'écobue.

On devinera aussi, que, comme dans toute activité humaine de grande ampleur ,réglementations ,procès ,vols ,chamailleries,délits émailleront l'histoire de cet élevage, pendant des siècles.

Les archives de l'ancienne Navarra en sont remplies.



Le parcours "Kintoan barna" rend aussi hommage à l'industrie du fer et du cuivre puisqu'il relie les deux grands centres de la Fabrica Reale de armas de Eugui et La Fonderie (ancien nom de Banka).

Création du  musée Olaberria à Banka ; mieux vaut prendre son temps pour comprendre tous les textes et l'iconographie.Superbe maquette de reconstitution des lieux.

Auberge à Eugui ; la Posada (à ne pas manquer) ,
à Banka Erreguina avec de somptueuses chambres .bonne table.
et Olaberria : bar ,petite restauration dont la concession a été échue par un restaurateur-organisateur bayonnais et garaztar .

données :
Marche 35 km environ sans difficultés majeures .
Quelquefois "aburrida".
Pour bons marcheurs ,se fait dans la journée
Compter 6h30 à 8h30 de marche suivant son rythme .
Dénivelé 1250 m
Balisage permanent
Nécessité d'une navette entre Banka et Eugui
Peu d'eau potable sur le parcours.

Pour 25 personnes ,
les Cars Etchemendy ,qui disposent d'un bus-relais dans la vallée ,demandent 12 €/personne . 
Départ à 7h00 de Banka. Il faut téléphoner avant.


parcours intégral
première traversée d'aunamendi en octobre 2014
le lac d'Eugui ,eau potable pour Iruñea ,inauguré par Franco ,village déplacé et reconstruit
Fabrica real de armas de Eugui (ce n'est pas orbaizeta)
Elektra à Banka
Artamugarri autour d'un sel en montagne
rocher d'Uxukulu
tronçon 01
tronçon 02
tronçon 03
tronçon 04
sous le regard d'Autza, en fond
vers Meharoztegi au dessus d'Urepele
jour de passage :lenticulaires de vent du sud ,haize hegoa
randonnant sur Hayra
Adartza et Hergarai depuis Meharroztegi ,le site des anciennes mines romaines.
arrivée à Kurutxetakolepoa au dessus d'Eugui.
en quittant Eugui
panneautage au niveau de l’ancienne kaserna
le kinto devenu le moteur du développement économique de la vallée des Aldudes ,même si l'on ignore que la zone de la quinta était beaucoup plus vaste.
au dessus d'Urepele
le parcours sur Wikiloc
Enregistrer un commentaire