dimanche 23 janvier 2011

BASSE NAVARRE :Urkulu depuis Beherrobi par Zerkupe et Oillaskoa

 (nous utiliserons le mot Beherrobi avec 2 "r" puisqu'à Bayonne et dans le Labourd avec toutes les garanties scientifiques des toponymistes s'utilise le terme Errobi pour désigner la Nive )
Randonnée au cœur des montagnes de Cize, ancien territoire romain (villa) d'"Imus Pyrenaeus".
Cette rando est un véritable musée vivant tant sur les pratiques pastorales , que sur quelques merveilles naturelles (grotte,canyon,karst,rocher) ou monuments historiques et protohistorique du néolithique.

Schéma du parcours ; montée par le vallon d'Orion depuis Beherrobi , gorge d'Elursaro ou Errekartia ,tertres d'Errekartia ,enceinte protohistorique de Zerkupe, retour à Errekartia , visite de la grotte d'Elursaro ,col de Zinahatzu, rocher d'Oillaskoa, tertres d'Oillaskoa, menhir et col d'Arnoztegi, trophée romain d'Urkulu, hêtraie-karst de Leizahaundia, gouffre de Leizahaundia et borne frontière,estive d'Iropile, fougeraies d'Ustarazu, bordes de Matxardenea,lisière de la foret d'Orion et retour à Beherrobi.

A Zerkupe ,l'idée était de remonter sur Château-Pignon et de suivre toute crête jusqu'à Arnoztegi.Ceci nous aurait permis la visite de quelques redoutes napoléoniennes et du site de Jatsagune avec son tertre et son cairn directionnel datant du néolithique  .Les bondieuseries du chemin jacobite auraient fait aussi partie du décor .
Mais les conditions climatiques du jour dont l'absence de visibilité nous ont imposé de changer la direction du parcours.
Le tour envisagé sera donc repris un de ces jours au printemps 2011.
Beherrobi est encore endormi que notre groupe de nyctalopes est déjà en branle sur le PLR.Il faut avoir un nycthémère sacrément raccourci pour accepter des horaires d'activités nocturnes aussi intenses.
Trois quart d'heure après ,sur  Inhabarre le jour se lève à peine.
la foret d'Orion porte les stigmates de la dernière chute de neige d'hier.
sous Garateme
sur le chemin d'Asketa à Beherrobi.
boule de glace autour d'un drageon
le ravin d'Elursaro est en vue.
cascade gelée dans le canyon moussu d'Elursaro
le lapiaz rose d'Errekarteko et ses bordes : haut lieu du pastoralisme en Cize
Au début du 19ième siècle il existait ici une  douzaine de cabane ainsi que trois cels ( Saroia ou corral).
la répartition des cabanes était la suivante : Errekarteko (2 ) Zubize (1) Astate (3) Urdaneaspuru (2) Elhursaro (4).
document consultable sur les archives numérisées du 64 du cadastre napoléonien.
http://earchives.cg64.fr/img-viewer/CADASTRE/0142/iipviewer.html?ns=0142_E1.JPGOn peut aussi constater quelques discordances avec l'époque moderne sur l'appellation des lieux dits de la forêt d'Orion.
la foret d'Orion nom générique sur deux kilomètres étaient divisées en forêts d'Orion,Ohaüqui et Ateketa.
les cayolars modernisés d'Elursaro sous le rocher de Zerkupe
au centre de la photo ,les cinq tumuli d'Errekarteko (ils peuvent recevoir le nom de tertre d'habitat ou fond de cabane suivant les localisations).le ruisseau dont le nom ancien est Iturrixuriko erreka reçoit  les eaux d'Astate,d'Urdanasburu et Elursaroko iturri.
 texte sur les tumuli d'Errekarteko
Sol gelé ,végétation givrée
Zerkupe telle une citadelle imprenable.
 muraille de l'enceinte protohistorique de Zerkupe
Muraille qui a servi aussi d'abri militaire et pastoral.(occupation du bronze moyen au 16ieme siècle)
la muraille vue de dessus
sommet de l'enceinte :poste de vigie
texte sur Zerkupe (en construction) voir bulletin du musée basque n°61 par le général Gaudeul,
muraille et rocher-école d'escalade de Zerkupe.une trentaine de voies du IV au VII strie cette paroi.
retour à Errekarte.
traversée du lapiaz de calcaire rose d'Elursaro.
la grotte d'Elursaro
montée vers Zinahatzu
Elorri xuri Zinahatzun
la HDR, lors des ambiances peu contrastées, donne quelques résultats stupéfiants : ne pas en abuser.
groupe aubépines blanches en remontant  la vallée sèche d'Izpurachahoco erreka.
Oillasko arroka
les tertres d'Oillaskoa
passage sous Leizar Ateka
vers Arnoztegi
arrivée à Arnoztegi ; en nous retournant, on aperçoit le rocher d' Oillaskoa au centre de l'image.
le menhir couché d'Arnoztegi
A quoi peut bien servir ce panneau indicateur ??
Arnoztegi : passage vers Orbaitzeta et la sierra de Abodi.
sur le chemin du trophée : il gèle à pierre fendre.

Arrivée au trophée d'Urkulu par une température apparente de -10 degré voire moins.
Une sacrée équipe sur Urkulu par -10°
 le trophée romain d'Urkulu d'après les recherches de Jean Luc Tobie
petit résumé de résumé : cette importante construction turriforme de 19.50 m de base et 3.60m de hauteur  a été interprétée par cet éminent professeur d'histoire comme monument élevé à la gloire d'un empereur tels La Turbie près de Nice  ou Adamklissi au bord du Danube.
Le Trophée des Alpes à la Turbie a été construit, il y a 2000 ans (-6, -7 avant Jésus-Christ), en l’honneur d’Octave Auguste. Cet Empereur Romain, fils adoptif de César, avait ramené sous la domination de Rome, 45 tribus celto-ligures des Alpes qui refusaient de se soumettre à Rome.
le trophée d'Adamklissi a été construit à la gloire de Trajan. La colonne d’Adamclisi (ou Adamklissi, Roumanie) fut édifiée en 109 ap. J.-C. (après la seconde guerre contre les Daces en 105 – 106 ap. J.-C.) pour commémorer la victoire de l’empereur Trajan sur les Daces en 101-102 ap. J.-C. Elle est donc le pendant de la colonne Trajan de Rome, construite en 113 ap. J.-C.
Le monument visible aujourd’hui a été reconstruit sur l’emplacement du trophée initial dont il ne subsistait que le noyau central et les marches. Les frises et les métopes longtemps dispersées ont été regroupées au Musée.
Ce sont les Turcs qui baptisèrent ce lieu Adamclisi (l’église de l’Homme) car ils y virent une ressemblance entre le noyau central subsistant et la coupole d’une église. 
Un autre trophée existe dans les environs du col de Perthus au col de Panissars dédié à Pompée.
le trophée d'Urkulu correspondrait d'après le chercheur au monument commémoratif de la pacification romaine de l'Aquitaine par Mesalla en 27 avant JC date à laquelle Imus Pyrenaeus (St Jean le Vieux) a été fondé.Sa position élevée est justifiée pour être vue de loin.


Cheminement dans le lapiaz-hêtraie de Leizahaundi-sens de l'orientation exigé.
vision onirique vers Errozate
les bois de Leizahaundi

dernières visées vers Errozate et son col éponyme .
 extrait de Topopirineos V3
Odométrie : 23 km,1400m de dénivelé,7h00 sans les arrêts.
le track sur Wikiloc (ma 400ième contribution)

sur GPX Visu (voir sur IGN)




Enregistrer un commentaire