lundi 16 mai 2011

Tour de Mendiola : d'Iramendi à Orizon depuis Zuziniate

La semaine dernière nous avions reconnu la crête Nord d'Iramendi sous une chaleur accablante.
Nous avions éprouvé un immense sentiment de frustration de ne pas avoir pu passer le ruisseau de Mendiola en crue.
Le départ depuis Zuziniate nous paraissait manqué car nous n'avions pas suivi au cordeau ,le fil de l’arête intercommunale (St Michel-Ezterenzubi)  qui marque le point d'entrée au quartier Gillentoxaho .
Le mauvais temps en Aspe nous renvoya vers Iparralde et une équipe plus aguerrie nous permettrait de nous attaquer au passage clef.
En préambule autant avertir le lecteur que le passage de départ ne peut être réservé qu'à des "montagnards avertis".
Comme on dit, dans le jargon montagnard ,il y a du gaz......
surtout dans les premiers soixante mètres ,où la moindre chute vous conduira directement au milieu des gorges de Zuzignate avec les conséquences que cela suppose.
Pas de difficultés dépassant le II ,mais un parcours  pour Francs Tireurs Pyrénéens (FTP),entre  bruyères rases ,épineux locaux et poudingues glissants, qui ne rassurera ni le néophyte et ni le marcheur victime au vertige.
On pourra toujours rattraper l’arête un peu plus haut ,en empruntant des sentes plus ou moins marquées dès la première ou troisième épingle à cheveux (curvas)  de la route du col d'Irey après la ferme Sallaberria.
Ce passage aérien est toutefois jubilatoire par sa dimension alpine.
Une fois la difficulté derrière nous, nous resterons sur le fil divisoire autant qu'il soit possible.
Passages de II sup , maxi.
Des échappatoires aux parties rocheuses existent, dans tous les cas, par des sentes bien marquées.
Une fois gravi le sommet d'Iramendi  ,la randonnée s'assagit et le livre d'histoire peut enfin être ouvert.

Car monter sur les ports de Cize est toujours source d’exaltations tant ces montagnes constituent un musée à "livre ouvert".
L'histoire y  a laissé tellement ses traces depuis 20 000 ans qu'il sera toujours difficile de ne pas y oublier un détail.
Qu'importe, on trouvera là une occasion de revenir.

Après Ireikolepoa (col d'Irey) nous nous dirigerons vers Sohandi  (cromlechs et monolithe) dont l'archéologue Jacques Blot découvrit et analysa la réoccupation récente ( jusqu'au XV/XVI ième siècle).c'est à dire qu'il démontra que jusqu'au XVIème on pratiquait les rites de crémation en montagne dans le monde pastoral.

Le long des crêtes arrondies de Garateme et d'Asketa, on pourra observer  tumuli (col de Garateme) et  tranchées de poste d'observation des guerres napoléoniennes ou antérieures.
Ici le paysage se conjugue autour de la forêt d'Orion ,du lapiaz rosé d'Elhusaro ,des rochers d'Oillaskoa,du canyon d'Izpuru Xahako erreka,des cels et cabanes de Zubize et d'Elhusaro , le tout dominé par la canine calcaire de Zerkupe (enceinte protohistorique et camp militaire jusqu'au XVII).
Le vol du gypaète n'y est pas rare .
Laissant le quartier Harxuri et son célèbre bois de hêtres  ,nous monterons sur la montagne de Chateau Pignon, forteresse militaire détruit au XIX ième siècle.
Nous retrouverons, ici, la route historique des ports de Cize,les célèbres "Sumus Pyrenaeus".

20 000 ans de passages et d'occupations humaines.

En résumé
Cette route fut  :
piste de chasse des hommes préhistoriques au temps des rhinocéros laineux,bisons et ours des cavernes (-20000) , puis des cerfs ,sangliers ,ursus arctus (-10000)

chemin de transhumance aux temps  néolithiques (-2000),

voie romaine avec le célèbre trophée à Pompée (Urkulu) et un autel votif dédié à Mythra (Orreaga),

le chemin de St Jacques qui accéléra son développement économique et son aménagement,

une route des canons du moyen age jusqu'aux guerres napoléoniennes,(on se massacra par ici dans tous les recoins :le plus célèbre fait d'armes étant la bataille de Roncevaux en 778)

une route des mines et des charrois du temps de la splendeur des forges d'Orbaizeta ,(les minerais de Basse Navarre (Mendive...) remontaient par mules vers le village navarrais)

puis aujourd'hui reléguée au rang de route touristique pour automobiles et motos ,
accessoirement chemin de randonnée au milieu de tout ce vacarme. (35 000 pèlerins par an )

Nous continuerons vers le rocher de Biakorre ( improprement appelé rocher de la Vierge d'Orisson)
puisqu' Orizon est situé à plus de deux kilomètres au Nord.

La zone d'Orizon fit l'objet d'un culte à Santa Magdelena (oratoire + chapelle de la Recluse ou   "Errekulusa")

Après Itsasegi ,nous voilà au col de Landarre (pilotasoro).
puis dernière montée à Orizon Gaina .
Un dernier coup d’œil vers Leizar Atheka et Urkulu au sud avant la plongée vers Garazi ou Eiherelarre .

Orizon
Le quartier Orizon pourrait faire l'objet d'un article à lui tout seul.
La route partage les communes d'Eiherelarre et Uharte-Garazi.
On attribue aussi à l'endroit le nom d'Ordandei lepoa.
à Othazen borda : tumuli
à Hegiluxeko borda ; pilotasoro ,chapelle à Santa Magdalena et "aire de repos et de joyeuseté" pour les muletiers des mines d'Orbaitzeta.
Aujourd'hui la bergerie de Sallakoborda (800m) a été transformée en gite de pèlerins par Jean Jacques Etchandy ,enjeu économique plus que risqué si éloigné de tout.
On remarquera aussi un rocher de Roland,et deux ouvrages militaires près de la table d'orientation.
Nous quittons la voie classique pour revenir par les quartiers Nekolatse Askinxilo et Xahoederre vers le point de départ à Zuzignate.
Nous passerons au rocher de Behisaro ,histoire de vérifier qu'il y a bien un "saroi" et des vaches dedans .
(saroi : terrain défriché ou cel,de forme arrondi).C'était vrai.
La croix de rogation, masquée par un relais téléphonique, a été déplantée pour  être replacée à 300 m de là.

Le plus difficile sera de trouver la borde de Gilenxahokoborda au milieu des bois.
Encore des laminak par ici ??
De la borde ,nous suivrons une piste tortueuse qui débouchera à la maison Urrutia.
L'hôte des lieux, fort sympathique ,s'étonnera de notre périple car il nous avait observé dès le matin.
Le pont de Zuziniate est à une encablure .
Retour à la civilisation...
avec ces quelques clefs qui vous inviteront à visiter le monde autour du ruisseau Mendiola qui nous était jusqu'à hier, très peu connu.

merci à Grumo pour le prêt de  photos...
merci aussi aux baliseurs en tout genre de laisser ce petit coin sans peinture pour l'avenir laissant aux lieux un parfum d'aventure comme on l'aime. 

références
Lauburu : Urkulu et le chemin des ports de Cize (revue pédagogique)  
pdf 1 disponible sur demande ,
pdf 2
pdf 3
pdf 4
J. Blot bulletin du musée basque n° 78 ,  
J. Blot "archéologie et montagne basque basque" chez Elkar , 
Cadastre napoléonien sur le site du CG64 
Cadastre révisé en 1940 et IGN 25K (disponible sur le Géoportail) ,
Miguel Angulo "carte Orreaga" aux éditions Sua  .
Jakes Casaubon et Pierre Sabalo "les pilotasoros en Pays Basque" éditions Pilotasoro


Orain ,argazkiak

Gorges de Zuziniate


passage du ruisseau Mendiola
 arête d'Iramendi et ses variantes de départ,depuis Zuziniate ou Sallaberria
pente raide sur cent mètres de dénivelé au dessus des gorges de Zuziniate.
Iramendi :jonction de sentes
Iramendi : passage escarpé (peut s'éviter)
contre jour sur Eiheramendi
le gendarme d' Iramendi à prendre pleine dalle à gauche (II+),à droite bon sentier.
Dualité
danse de nuages sur Hauzkoa et Beorlegi

col d'Irey -Ireikolepoa
amiguitto
Sohandi ;monolithe et cromlechs dont un utilisé jusqu'au 16ième siècle.
le canyon d'Izpuru Xahako erreka et le lapiaz rose d'Elhursaro entourés de bordes pastorales.
le rocher de Zerkupe :enceinte protohistorique et fortin militaire du XVII.
aujourd'hui école d'escalade de niveau V à VII.
montée à Château Pignon ,ancien fort militaire
Château Pignon : une forteresse en ruine
Chateau Pignon :mur de refend
Château Pignon :la sacrée équipe du jour
 rocher de Biakorre , sa vierge en plâtre,ses ex-votos jaquaires.
Orizon gaina : pointage de la borne IGN au GPS.(déformation professionnelle)
 Orizon : Othatzen et Hegiluxekolepoa .
vestiges de tumulus ,pilotasoro: champ plat de 20 ares,oratoire à Santa Magdalena et relais des muletiers.
Un rocher de Roland traine aussi dans le secteur.
Elorri xuri en fleur.(aubépine)
relais jaquaire d'Orizon
Iramendi rayonnant, vu de l'Ouest
Iramendi à droite et Handiaga à gauche
Arradoi et la dépression de Garazi,au fond Hoxa handia.
le quartier d'Onzorone (communes de Lasa et d'Anauze) ,au fond Autza,à gauche Arrolako Harria (Baigorri)
Bienvenue sur St Jacques-La Mecque
file d'indiens
croix des rogations de Behisaro (Eiherelarre)
derniers aperçus du parcours
Eiheramendi ,Zuziniate au dessus de Gilenxahokoborda
Gilenxahokoborda : la borde cachée,
fin de partie
tracé sur Topopireneos V 3.0

le track sur Wikiloc

le track sur Visugpx (cliquer sur l'onglet IGN)
21 km ,1500 m de dénivelé ,7h30
Enregistrer un commentaire