dimanche 15 avril 2012

Onirisme hivernal : Adimendi en boucle depuis Urepele

L'hiver s'écoule à peine et déjà le printemps  refait surface.

"tu n'as rien fait de l'hiver ??"
"Si,de la poudre de piment,la coupe du bois de chauffage,la plantation et la taille de quelques trente fruitiers,bref la vie qui s'écoule dans les villages  d'Iparralde mais question montagne, ça n'a pas été la saison qui restera dans les mémoires"

Période de gel intense en janvier qui glace durant un mois toutes les faces de la cordillère pyrénéenne ,
neige lourde et humide en février,
dégel rapide en mars,
puis abondante neige dès la mi avril jusqu'à la fin du mois,
Avec cette sous-couche glacée que l'on sent quinze centimètres sous les crampons,
les conditions n'ont jamais été optimales.
Des quelques souvenirs d'hiver, cette sortie à Adimendi ,c'est le gâteau à la meringue, la madeleine de 2012.
Une randonnée féérique ,onirique.
Du givre qui fait croire à de la neige ,un froid sibérien ,un vent qui arracherait bien des buzons sommitaux,voici les ingrédients d'une journée sur les hauteurs.

Ce jour de février 2012,juste après une "nevada" qui affecta toute la dorsale nord de la Navarre ,
celle que nous aimons dénommer "las Estribaciones" (les contreforts) qui s'étend des Peñas de Hayas jusqu'au pied du pic d'Ori (Orimendi),
nous nous donnons rendez-vous  devant le mur à gauche d'Urepele entre amis éprouvés aux dures conditions .
On en était averti.

Histoire aussi de rendre visite au poète-bertsulari...que nous aimons bien raconter dans ce blog.

KINTOA
C'est par un vieux chemin sans balisage du Kintoa que nous amorçons la montée vers Adimendi.

Adimendi c'est la plus haute montagne de la vallée de Baigorri ,dont le versant nord est navarrais, mais l'administration des pâturages est basse-navarraise ( française) contre la contribution annuelle de quelques 130 000 euros à repartir entre les juntas d'Erro et de Baztan.

Fruit des errements de l'histoire, du à la partition de la Navarre en 1589 , de la surpopulation de la vallée de Baigorri ,de procès tordus et sulfureux,de la faiblesse politique de l'Espagne du XVII siècle, les 3400 derniers hectares du Kintoa sont géographiquement espagnols mais administrativement français,
sauf pour la gestion des bois et de l'eau qui étaient absents des motifs des différents procès ,des disputes sibyllines et des razzias inquisitives.

Le Kintoa était un indivis de 20 000 hectares appartenant, du temps du royaume de Navarre aux trois vallées, Erro,Baztan et Baigorri,dont le nom tient à "la quinta" contribution prélevée chaque année par le roi de Navarre sur les porcs divaguant et glanant.
Mais chaque vallée avait de bonnes raisons pour revendiquer plus que sa cote-part de territorialité.

Quelques excellentes contributions écrites expliquent bien l'histoire, qui prendrait un livre entier ,dans le détail :
l'ouvrage du professeur J Sermet (1983) sur la frontière des Pyrénées,dans un chapitre, retrace quelques actes et procès ,
le fascicule de JP Erreca (le pays quint-1993) est plus attaché aux gens et fermes et d'autres références bibliographiques existent en Iparralde et à Pampelune....
Demain Kintoa deviendra la marque de fabrique de la vallée , AOC au service des hommes qui s'accrochent à ses pentes et au dynamisme sans retenue.Ils ont pour nom Pierre Oteiza, les cousins Oçafrain, Peio Sétoain et tant d'autres à qui je pense et que je ne voudrais pas froisser en les oubliant.
Jambon,charcutaille ,agneau,fromages ,coopératives de fruits rouges ,bœuf,truites,confitures,artisanat devrait se revendiquer d'un territoire que la grande distribution n'est pas prête d'égaler ni d'avaler.

le parcours

C'est derrière la maison au doux nom de Sanferminenea que l'on débutera le tour.
Le sentier déambule rive gauche du ruisseau Lohitzeko erreka (rel. aux marécages) puis vers 500m d'altitude il prend de front les courbes de niveaux de la colline de Patarramonho.
Mieux vaut avoir un track pour s'en sortir.
En vue aérienne ,on y remarquera de nombreux cels (saroiberri) prairies arrondies fermées de murets qui laissent penser que ,depuis longtemps, par ces extensions pastorales, des maisons de la vallée de Baigorri y avaient élu leurs quartiers d'été .(cel: cf bergerie d'estive,etxola)
une fois Pattarramonho dépassé, en quelques foulées nous repassons sur la mugarri 151 d'Isterbegi puis toute crête, passant par Izterbegi ko lepoa, nous atteignons le replat d'Esnezelaieta. (replat du lait) où nous rejoignons la ligne de partage des eaux (Atlantique-Méditérrannée) et le chemin du col d'Urkiaga tout proche.
la montée (+400m) vers Adimendi peut commencer .
le spectacle ,malgré la dureté du temps,est féérique.
des cristaux de glace se détachent de la clôture et par effet d'aérosol irise l'air.
les champignons de givre enserrent tous les piquets de la clôture.
au sommet quelques secondes de répit,malgré le vent violent à -20°
puis droit dans le pentu vers Aratun lepoa , col stratégique qui permet de descendre soit sur Sorogain (Erro) ou soit vers Urepele par le vallon d'Imiliztegiko erreka.
Nous nous mettons à rêver de ce doux nom à résonance berbère qui doit venir de "milika" mot à tiroir de l' euskara dont un des sens signifie "où l'on (le bétail) mange du bout des lèvres.
ça doit faire sourire Paxkal , un des bergers transhumants des flancs d'Iturrunburu et d'Iturribeltza qui produit  ici ,un des meilleurs fromages d'estive d'Iparralde  qui s'arrache sous le manteau tant il a le gout fruité de l’herbage puissant de la fétuque et de la réglisse (à consommer  à Noël).
Un arrêt à Bordaluze marque les retrouvailles avec le berger-restaurateur qui nous rassasia longtemps de ses talos dans son estaminet du petit Bayonne.
Là encore ,mille histoires à raconter....Ametsaren lana .....
Retour ensuite vers le village par le quartier haut (Gaineko karrika) ,en constatant que le moulin de Lazaenea menace  ruine, chaque jour ,un peu plus.
Triste fin....

Odométrie de la randonnée : 6h30 ,20 km,1450m de dénivelé.
Urepele :quand le gel s'en mêle
vers le Kintoa
Pattaramonho
Korrotako lepoa
Izterbegi :borne frontière
Ahartateko oihana I (bois d'Ahartate)
 Ahartateko oihana II
Ahartateko oihana III
Ahartateko oihana IV
Esnezelaieta
 Esnezelaieta
 Esnezelaieta
 Esnezelaieta
 Esnezelaieta
  Esnezelaieta
  Esnezelaieta
   Esnezelaieta
 Adimendi
 Adimendi
  Adimendi
 Adimendi
  Adimendi :la clôture et les champignons de givre
 Adimendi
 Adimendi
 Adimendi :vers la vallée de Sorogain
Aratun lepoa : descente d'Adimendi
 Aratun lepoa
Aratun lepoa :au fond Iturrunburu
Aratun lepoa :pause
Iturrunburu :vers Adimendi
Iturrunburu
 Iturrunburu
 Iturribeltza :au fond Adimendi
 Iturribeltza
  Iturribeltza
  Iturribeltza
 le circuit sur Topopirineos 3.0
le circuit sur IGN fr-spain

Enregistrer un commentaire