vendredi 24 juin 2011

Aiako harriak ,les Peñas de Hayas par la cascade d'Aitzondo

 en cours de construction

Petite journée de flemme aujourd'hui et retour à un grand classique gipuzkoan , proche de la frontière,que je préfère à son voisin Larrun pour son ambiance haute montagne et son parcours de crête qui limite "de facto" la fréquentation et la massification sur les pointes centrales ( niveau II ) :
les Peñas de Hayas ou Aiako harriak.

Quelques ignares les appellent, en France, "les Trois Couronnes" ,nom totalement inconnu outre Bidasoa ,alors qu'ici, tout au plus, se trouvait la limite du royaume de Navarre et de la principauté du Gipuzkoa.

Chaque promenade dans le massif d'Hayas ne pourra qu'évoquer les mines connues depuis les phéniciens et les celtes et le siège qui marqua la capitulation d'Irun lors de la guerre civile 1936-1939.
les guerres napoléoniennes et carlistes ont ici aussi laissées pas mal de stigmates.

On est au Nord du massif primaire du paléozoïque des Cinco Villas.

Un point de la crête marque la jonction des trois "termino" (communes) d'Irun ,Oiartzun, et Lesaka ,c'est la pointe Iru-muga-harrieta (pierre des trois bornes).
Donc, foin de cette traduction hâtive , exit l'idée d'une montagne ,terme de trois royaumes imaginaires ,la Table des Trois Rois est encore loin.

C'est par l' itinéraire original  de la rive droite de la cascade d'Aitzondo,que nous accéderons à l'étage supérieur du massif.

Départ du parking municipal de la cidrerie Ola ,ancienne forge ,comme son nom l'indique.
Une visite aux forges-haut fourneaux rénovés d' Irugurutzeta s'impose.
Des panneaux explicatifs vous expliqueront les procédés d'enrichissement du métal.
Ce vallon est sombre.
Il porte encore les vestiges de l'industrialisation du XIX siècle.
Des plantations de sapins ont recouvert le tissu végétal accentuant ainsi la noirceur des lieux.
Par ici ,aussi , fleurent bon les noms des compagnies qui possédaient des concessions minières.
On se dirait au temps de la conquête de l'Ouest américain.
Qui connait encore ?
la Bidassoa Railway y Iron Ore
la Bidassoa Iron ore Company,
la Spanish hématite Iron Company limited
las Compañias
la Sociedad "Mines de Bidassoa".
Pourtant elles entretinrent la vie industrielle d'Irun jusqu'en 1963 ,employant des mineurs et fondeurs, issus de toute l'Espagne.

vestiges de haut fourneaux en 2004.

le départ est souvent sujet à interprétation
le site rénové d' Irugurutzeta en 2011
mine d' Irugurutzeta
le plan incliné de Irugurutzeta qui permettait de descendre les minerais jusqu'aux hauts fourneaux en arrière plan.
sentier aménagé à la giputxi.
la cascade d'Aitzondo appelée aussi Irusta ,aujourd'hui interdite à la descente en rappel (150 m de haut)
dans le vallon d'Irusta ,domaine du desman.
la remontée s'effectue à quelques mètres de la cascade
l'itinéraire de montée : terrain d'aventure délicat
ambiance tropicale , sente incertaine ,une équipe des chèvres des montagnes (mendiko ahuntzak) cherche son passage.
entrée de la mine Begoña II
pentes raides
au fil de la montée , s'agrandit la vue sur Irun , Jaizkibel et la baie de Txingudi.
petite visite aux tunnels de la voie ferrée d'Azkin.
plateforme de l'ancien train de Meazuri
vue de la cascade d'Aitzondo depuis la voie ferrée
vestiges du coté de Meazuri
remontée du ruisseau d'Aitzondo qui va nous ramener au Palazioa Aire ou castillo de l'ingles.
sur les Peñas de Hayas, chaque sentier est pris d'assaut par des peintres qui s'en donnent à cœur joie.
Il y a au moins une douzaine de sentiers balisés qui traversent  les Peñas de Hayas en tous sens.
Difficile d'échapper aux peintures.
Grotte sanctuarisée , avec fontaine, dédiée à la Señora del Juncal (jonc)
la statue d'Errekartia marque le début de la crete d'Aiako harriak.
depuis la première cime ,Muganix ,  vue sur les premiers voisins d'Iparralde : Larrun et Ibanteli.
traversée des crêtes
la sacrée équipe du jour
traversée des trois sommets depuis Irumugarrieta
dans la traversée
Passage de l'anneau (avant dernière pointe)
passage de l'anneau
passage de l'anneau (II)
brèche de Bokamina
passage rocheux et gazelles bien "ernia" (vives et sautillantes)
vue sur Erroilbide, dernier sommet de la traversée
Txurrumurru ,avant dernier sommet.
 descente de Txurrumurru
les pains de sucre des Peñas et la brèche de Bokamina
la voie d'Errekarte (versant Oiartzun)
la paroi sud d'Erroilbide (inexpugnable).il faudra passer en bas à gauche.
retour au col de  Sorotxipi par le canal issu du barrage de Domiko (4.200 km) à niveau
le barrage de San Antton et Kopaharri (vers Lesaka)
Mapa 1 (fond de carte Topopirineos v3)
détail des points de détails et d'arrivée
Enregistrer un commentaire